Oxygénothérapie à domicile : la sécurité d’abord !

L’oxygène est un médicament. Et c’est un médicament bien particulier ! Incolore, inodore, insipide, il est indétectable. Et pourtant, utilisé dans de mauvaises conditions, l’oxygène peut mettre en danger le patient et son entourage. Quelles sont les conditions à respecter pour utiliser l’oxygène en toute sécurité ?

Le risque de feu

Le triangle du feu

Pour qu’un départ de feu puisse avoir lieu, il faut réunir ce qu’on appelle le triangle du feu. Les 3 éléments nécessaires sont :

  • un comburant : l’oxygène
  • un combustible
  • une source d’énergie

Lors qu’un traitement par oxygène est instauré chez un patient, il y a donc en permanence un comburant dans le domicile ! Les deux autres éléments doivent donc être éloignés le plus possible de la source d’oxygène pour éviter tout danger.

Quelles peuvent être les sources de combustible ?

Les corps gras sont des combustibles. Même si l’oxygène a tendance à dessécher les muqueuses, il faut absolument éviter de mettre une crème grasse sur la peau du visage du patient. Il ne faut pas manipuler le matériel avec des mains grasses ou chercher à graisser une bouteille d’oxygène.

De même, il faut éloigner tous les aérosols : laque, déodorants, désodorisants, insecticides… A noter, les médicaments nébulisés grâce à un aérosol ne font pas partie de cette catégorie.

Les corps organiques sont aussi de très bons combustibles. Il ne faut pas installer l’oxygène à proximité d’un bidon d’essence, de matières plastiques, de vernis, d’acétone ou autres solvants. Il faut également éloigner le papier : pas de pile de magazines, pas de poubelle à carton… Ne pas laisser trainer un vêtement sur la source d’oxygène.

Quelles peuvent être les sources d’énergie ?

Il faut éloigner l’oxygène d’une potentielle source directe de flammes : cheminée, poêle à bois, gazinière, briquet, allumettes.

Une source de chaleur ne va pas nécessairement déclencher un départ de feu, mais il vaut mieux les éloigner par prudence. Ne pas positionner l’oxygène à proximité d’un radiateur, d’une baie vitrée très ensoleillée, d’un appareil dégageant de la chaleur …

Le tabac est également une source récurrente d’accidents avec l’oxygène. Il est strictement interdit de fumer pendant le traitement par oxygène.

Ne pas accumuler l’oxygène

L’oxygène est un gaz plus dense, plus lourd que l’air. Il a donc tendance à s’accumuler au ras du sol au lieu de se répartir dans la totalité de l’air de la pièce. Il faut être particulièrement vigilant à ce niveau là : piles de journaux par terre, moquette au sol…

L’oxygène doit donc être stocké dans un endroit bien aéré et bien ventilé. Même s’il faut du bruit, un concentrateur ne peut pas être rangé dans un placard par exemple.

Cette règle est particulièrement vraie pour l’oxygène liquide. L’oxygène liquide est présenté dans une cuve, qui fonctionne comme un petit thermos. L’oxygène liquide est donc maintenu liquide grâce au matériau isolant pendant un certain temps. Petit à petit, l’oxygène liquide se réchauffe et se transforme en gaz. C’est donc par définition un système qui fuit et qui libère de l’oxygène gazeux en permanence.

Le risque d’explosion

Le risque d’explosion est propre à l’oxygène en bouteille, sous haute pression. Les bouteilles d’oxygène ne doivent pas pouvoir tomber. Elles doivent en permanence être solidement accrochées, notamment lors de leur transport. Lors du transport d’une petite bouteille d’oxygène par le patient en voiture pour son usage personnel, il faut attacher la bouteille le plus solidement possible à l’aide de la ceinture de sécurité. Une bouteille ne se soulève pas par son robinet ou son manodétendeur.

Lors de l’ouverture de la bouteille, il faut ouvrir le robinet lentement, sans utiliser de pinces ou autres outils. L’ouverture ne doit pas être en face d’une personne. Si l’ouverture est difficile, il ne faut pas forcer mais renvoyer la bouteille au fabricant. Au moindre doute sur l’étanchéité de la bouteille, il faut aussi renvoyer la bouteille au fabricant.

Le risque de brûlure par le froid

Le risque de brûlure par le froid est propre à l’oxygène liquide. L’oxygène liquide se conserve à très basse température, à -183°C. Lors des manipulations d’oxygène liquide, il faut se protéger avec des gants et des lunettes. En cas de contact du patient avec de l’oxygène liquide, enlever les vêtements et réchauffer avec de l’eau tiède.

Auteur : Dr. Stéphanie le Guillou, Pharmacien Responsable des BPDO chez AOS

Partager cet article
Image par défaut
Stéphanie Delpous
Publications: 3

Laisser un commentaire